Benjamin FRANKLIN : ne pas sacrifier la liberté pour un peu de sécurité…

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

Benjamin FRANKLIN ( –)

Benjamin FRANKLIN fut l’un des rédacteurs de la déclaration d’indépendance des treize colonies nord-américaines. Il est considéré, à de multiples titres, comme l’un des pères fondateurs des États-Unis.

Conscient de la nécessité d’un soutien militaire venant de l’extérieur, le Congrès de l’indépendance désigna Benjamin FRANKLIN comme premier ambassadeur en France des treize colonies d’Amérique nouvellement  indépendantes à partir de la fin 1776 et jusqu’à 1785. Ce fut lui qui négocia l’aide de la France en faveur des Insurgents américains [1]  qui permit la victoire des colons américains en 1783. Il était le plus célèbre des Américains à Paris, et aussi adulé par une opinion conquise à l’idée de liberté.

Il rendait lui-même bien à la France l’amour qu’elle avait pour lui, puisque c’est à lui que nous devons le plus bel hommage jamais rendu à la France [2] :

« Tout homme a deux patries : la sienne et puis la France. »

Notes :

[1] « La France et les insurgents », [article] : André KASPI,  XVII-XVIII. Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles Année 1977, Volume 4, Numéro 1, pp. 85-95.

[2] Bien avant la célèbre chanson de Joséphine BAKER…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !